Mis à jour : 01/09/2022

GeoNat'îdF est l'outil de saisie et de restitution des données naturalistes francilienne au service de la connaissance et de la protection de la biodiversité sur la région Île-de-France proposé par l’ARB îdF et ses partenaires. Il est accessible à tout producteur de données naturalistes désireux de contribuer à la connaissance de la biodiversité francilienne, qu’il soit issu d’une structure professionnelle (association naturaliste, parc naturel régional, service biodiversité d’une collectivité ou de l’État, bureau d’études, etc…) ou naturaliste indépendant ! Les données peuvent y être consultées également gratuitement par les utilisateurs de données naturalistes afin de garantir une meilleure prise en compte de la biodiversité.

D'abord déployée sur Cettia îdF, la base de données naturalistes régionale a migré fin 2021 sur les outils GeoNature, solutions développées par les Parcs nationaux français.  Les connaissances régionales y progressent au rythme de 350 000 données saisies ou importées par année. L’objectif demeure le même après migration : mutualiser nos observations, des plus communes aux plus rares, pour permettre une meilleure connaissance et protection de la biodiversité sur la Région.

GeoNat'îdF dans la constellation du SINP

GeoNat'îdF a vocation à devenir très prochainement l’outil central de la plateforme régionale du Système d’Information de l’iNventaire du Patrimoine naturel (SINP), permettant à chacun de partager ses données et de consulter l’ensemble des données naturalistes franciliennes, grâce notamment à une collaboration étroite avec l’Inventaire national du patrimoine naturel (INPN) et le Conservatoire botanique national du bassin parisien (CBNBP). En Île-de-France, la mise en œuvre du SINP est assurée par l'État représenté par la DRIEAT Île-de-France, avec le co-pilotage de la Région Île-de-France.

Contribuer à GeoNat’îdF permet donc de démultiplier le partage de ses observations puisque les données qui y abondent rejoignent l’Inventaire du Patrimoine Naturel, consultable au niveau national via l’INPN et international via le GBIF (Global Biodiversity Information Facility). L’adoption d’un format de données compatible avec le standard national permettront la mise en place à court terme de flux d’échanges en temps réel avec l’INPN. 

Des flux automatisés seront également mis en place entre GeoNat’îdF et le nouvel outil du CBNBP Lobelia : ils permettront à l’ensemble des données flore, fonge, et à terme, habitats, saisies et importées sur Lobelia d’être partagées instantanément par le CBNBP dans GeoNat’îdF. Et inversement, l’ensemble des données flore contenues dans GeoNat’îdF seront transmises automatiquement à Lobelia, permettant notamment une systématisation de la validation des données Flore saisies ou importées dans GeoNat’îdF.

GeoNat’îdF est aussi un outil de restitution permettant de visualiser les données saisies ou importées par les autres utilisateurs (via le module Synthèse) et de produire des graphiques synthétiques par années, par entités géographiques, par rangs taxonomiques, etc (via le module Tableau de bord). De nouvelles fonctionnalités seront ajoutées progressivement, pour répondre notamment aux besoins exprimés par les utilisateurs.

GeoNat'îdF a comme référentiel taxonomique TAXREF et permet la saisie de tous les taxons, des collemboles aux algues d’eau douce. GeoNat'îdF étant administré par l’ARB îdF, ce lien direct permet une souplesse et une rapidité particulière sur les demandes propres à notre région, et facilite les procédures d'export (les export de données provenant de GeoNat'îdF sont gratuits) et d'import. La question de l’import est centrale : plus du tiers des données contenues dans GeoNat'îdF proviennent d’imports de données stockées par les différents producteurs. Un bilan des imports est régulièrement effectué (notamment lors des Comités de coordination du SINP îdF - voir le ppt du Comité de fin 2021).

Comment saisir une donnée ?

La première démarche à effectuer est de s’inscrire en ligne. Une fois l’email de confirmation reçu, la saisie d’une donnée opportuniste se fait en deux étapes dans le module "Saisir des observations" :

  1. Le renseignement des informations du relevé (a minima un observateur, un lieu sélectionné sur la carte et une date)
  2. Une fois le relevé enregistré, on peut ensuite indiquer toutes les espèces observées à cette date sur ce lieu (volet « taxons »)

Le module « Synthèse » permet de consulter les observations des autres utilisateurs.

Attention : il est essentiel de ne saisir que des observations pour lesquelles l’identification est certaine ! GeoNat'îdF n’est pas un forum d’aide à l’identification, même si bien sûr, chacun a le droit à l’erreur. Il est d’ailleurs recommandé d’ajouter des preuves photographiques ou audio lorsqu’il s’agit d’espèces rares ou difficiles à déterminer.

À quoi servent les données de GeoNat'îdF ?

Les données brutes de biodiversité ont de multiples usages possibles. Les exemples qui suivent ne sont pas exhaustifs :

  • Permettre de mieux cartographier la présence d’une espèce, de simplement connaître le patrimoine naturel francilien : ce recensement permanent est loin d’être achevé ! La cartographie des observations de chaque espèce est accessible via l’explorateur de données dans GeoNat'îdF, mais est également présent sous forme de fiches espèces sur le site Biodiv'îdF, site de l'atlas dynamique de la biodiversité en Île-de-France.
  • Alimenter les connaissances au niveau national et mondial : l’ensemble des données saisies dans GeoNat'îdF sont ainsi reversées à l’Inventaire national du Patrimoine naturel (INPN) et au GBIF.
  • Connaître les enjeux en terme de biodiversité d’un territoire : d’une commune dans le cadre de la réalisation d’un PLU, par exemple – un accès simplifié à ces connaissances est délivré sur notre observatoire des territoires sur la base des données GeoNat'îdF ; d’un périmètre concerné par un projet d’aménagement, ce qui permet de s’assurer que le bureau d’étude responsable de l’étude d’impact tiendra compte des espèces connues sur le site afin de mieux orienter ses recherches ou de les compléter ; etc.
  • De réaliser des bilans du statut de conservation des espèces, tels que les listes rouges, qui se basent en partie sur l’aire de répartition des espèces ;
  • De calculer des tendances sur la base de données protocolées : GeoNat'îdF permettra à terme de saisir les données de certains protocoles de Vigie-Nature (merci pour le moment de les saisir sur les outils directement développés pour ces programmes, elles seront reversées ultérieurement dans GeoNat'îdF). Cette typologie d’informations est très précieuse pour mesurer l’évolution des communautés animales ou végétales, car sans pression d’observation et sans indication d’exhaustivité du relevé, on mesure plutôt le comportement de l’observateur, et non l’état de la biodiversité.

Pourquoi avoir choisi l’outil GeoNature ? 

GeoNature est un outil totalement open source développé par les Parcs nationaux français (notamment ceux des Écrins et des Cévennes à l’origine du projet), qui permet de gérer, saisir, consulter, analyser, exporter et diffuser des données Faune et Flore et qui présente de nombreux avantages.  

L’outil est partagé par un grand nombre d'acteurs, ayant été adopté progressivement par de nombreux autres Parcs nationaux, ainsi que des Parcs naturels régionaux, des Conservatoires d’Espaces Naturels, des associations naturalistes, etc… C’est aujourd’hui une communauté active de plus de 40 structures qui s’associent pour faire évoluer l’outil via des développements mutualisables et mutualisés. GeoNature est également en train de devenir un outil important du SINP et de ses différentes plateformes : https://inpn.mnhn.fr/informations/sinp/presentation). Il est utilisé pour la saisie réglementaire des études d’évaluation et d’impact au niveau national (plateforme Dépobio), est mis à disposition des régions qui ne disposent pas d’outil spécifique et est également utilisé en partie par l’Inventaire National du Patrimoine Naturel. Utiliser GeoNature permet donc de faciliter l'interopérabilité et la cohésion régionale/nationale, d’autant plus que les données y sont stockées au format d’échange standard, ce qui nous permettra de mettre en place à termes un flux automatisé entre la plateforme francilienne et l’INPN.  

GeoNature propose de nombreuses fonctionnalités sous la forme de modules : un outil de saisie et restitution des données (GeoNature) intégrant un module de saisie de données opportunistes, la possibilité de mettre en place des modules de saisie de données protocolées, un module validation, un module synthèse, etc. Et également des modules de gestion des référentiels taxonomiques (TaxHub) et utilisateurs (UsersHub), une application de restitution grand public des données naturalistes (GeoNatureAtlas – correspondant aux atlas dynamiques développés par l’ARB îdF avec ses partenaires ces dernières années), une application de saisie smartphone sous Androïd, un module de saisie de données citoyennes, etc. 

L’outil repose sur une communauté de développeurs très actives, notamment les développeurs salariés des Parcs Nationaux et Parcs Naturels régionaux, mais également des prestataires externes spécialisés, ce qui permet de sécuriser les développements réalisés. 

Quelques chiffres clefs :

0
0
0
0

Source : GeoNat’îdF (Août 2022)