Gomphocère tacheté

Myrmeleotettix maculatus (Thunberg, 1815)

Classe : Hexapoda Ordre : Orthoptera Famille : Acrididae Sous-Famille : Gomphocerinae Tribu : Gomphocerini Genre : Myrmeleotettix

  • 553
    observations

  • 54
    communes

  • 57
    observateurs

  • Première observation
    1996

  • Dernière observation
    2022

Avertissement : Les cartes et graphiques présentés ne correspondent qu'à l'état actuel des connaissances et ne peuvent être considérés comme exhaustifs. Le projet d'atlas dynamique est une retranscription en temps réel des contributions de chacun sur la base de données et toute nouvelle donnée est à ce titre intéressante, même pour les espèces les plus communes.

Asara Frédéric - Bak Arnaud - Barth Franz - Berger Luc - Blareau Elsa - Bottinelli Julien - Brisson Aurélie - Bétard François - Cailliere Christine - Chabert Chloé - Cousin Richard - Damas Louan - Danielou Romain - Danten Benoît - Dehalleux Axel - Domalain Jules - Domingues-haccart Léo - Dumont Corinne - Fougère Benjamin - Fouqueray Christian - Gadoum Serge - Garcia Audrey - Gautier Louis - Gibeaux Christian - Gouttepifre Margot - Houard Xavier - Houpert Sylvain - Hubert Etienne - Humbert Merlin - Inconnu Inconnu - Jaulin Stephane - Kita Antoine - Labbaye Olivier - Lagarde Claude - Larregle Guillaume - Le Bayon Quentin - Lemoine Delphine - Loubry Eddy - Lucien Claivaz - Mari Alexandre - Merlet Florence - Miguet Pierre - Penneteau Julie - Perrachon Nathan - Piolain Julien - Piron Elise - Plancke Sylvestre - Pratte Olivier - Queney Pierre - Rivallin Pierre - Roy Thierry - Sardet Eric - Signol Audrey - Varizat Stéphanie - Widmer Caroline - Yvert Florent - Zucca Maxime

Informations sur l'espèce

Commentaires sur l'espèce

La parade du mâle mêle mouvements divers et chant, suite à quoi il est trainé au sol par la femelle lors de l'accouplement. On reconnait facilement les mâles à leurs antennes coudées, mais ce critère est moins net chez les femelles. La confusion est cependant possible avec Omocestus petraeus et O. haemorrhoidalis.

Ciblage des prospections

Du fait de ses exigences écologiques M. maculatus, espèce "spécialiste" liée aux habitats xérothermophiles, demeure assez-rare en Île-de-France, bien qu’il puisse être relativement abondant lorsque les conditions lui sont idéales (pelouses sablonneuses des terrasses alluviales). On trouve les adultes de fin mai à novembre, les mâles ayant un chant précose bien reconnaissable. Attention, cependant à la confusion avec le chant de Gomphocerippus mollis qui fréquente sensiblement les mêmes habitats.

Non renseigné pour le moment

Répartition actuelle en France métropolitaine

Source : INPN

Les cartes de répartition nationales ne correspondent qu’à l’état actuel des connaissances et ne peuvent être considérées comme exhaustives.

Aucun synonyme pour ce taxon

Observations mensuelles