Daim européen

Dama dama (Linnaeus, 1758)

Classe : Mammalia Ordre : Cetartiodactyla Famille : Cervidae Genre : Dama

  • 184
    observations

  • 58
    communes

  • 36
    observateurs

  • Première observation
    1974

  • Dernière observation
    2022

Avertissement : Les cartes et graphiques présentés ne correspondent qu'à l'état actuel des connaissances et ne peuvent être considérés comme exhaustifs. Le projet d'atlas dynamique est une retranscription en temps réel des contributions de chacun sur la base de données et toute nouvelle donnée est à ce titre intéressante, même pour les espèces les plus communes.

Association Renard - Bonnal Maëlle - Bottinelli Julien - Brun Joël - Bussac Augustin - Desmier Christian - Ducourneau Philippe - Ferriot Lucile - Feutry Valentin - Fougère Benjamin - Gasser Aurélien - Gauter Louis - Gouirand Mathieu - Huchin Romain - Hurtrel Théo - Inconnu Inconnu - Jannic Matthieu - Japiot Xavier - Javaux Benjamin - Keryer Guy - Lisiecki Ivan - Loret Arnaud - Maratrat Julie - Marmet Nicolas - Pasquier Bernard - Perrot-ligodières Nicolas - Piketty Bruno - Plancke Sylvestre - Pluvinet Christelle - Pons Eloïse - Pressoir Cyril - Roy Philippe - Touratier Gilles - Vignon Vincent - Villalta Maria - Way Fabrice

Informations sur l'espèce

Commentaires sur l'espèce

Introduit en France dans des parcs à des fins ornementales, le Daim a peu à peu colonisé de nouveaux territoires en milieux ouverts après s’être échappé d’enclos. Son pelage fauve tacheté de blanc permet aisément de le différencier du Cerf élaphe (Cervus elaphus) et du Chevreuil (Capreolus capreolus).

Actif en début et fin de journée, et parfois crépusculaire, cette espèce grégaire forme des hardes de femelles et de jeunes comme la plupart des Cervidés. Les mâles, qui portent des bois, sont solitaires, mais rejoignent les hardes lors du rut automnal pour les combats pour l'accès aux femelles : ils émettent à cette période des raires, c'est-à-dire des vocalisations très graves.

Le Daim est strictement herbivore et broute essentiellement des graminées, mais cueille également des bourgeons et des rameaux dans les buissons, ainsi que des faînes et des glands.

Répartition en îdF

Le Daim est observé ponctuellement dans le Val d’Oise et en centre Seine-et-Marne, dans la Brie : d’après l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS), trois des six entités recensées en Seine-et-Marne comptent parmi les seules en augmentation au niveau national en 2009. La présence de l’espèce est également avérée en Essonne, dans les Yvelines et dans la Bassée, où des individus ont été contactés.

La présence du Daim serait source de dégâts sur le milieu forestier : cette espèce écorce beaucoup les peuplements d'arbres dont l’impact, s’additionnant à celui des cervidés locaux, le Cerf élaphe (Cervus elaphus) et le Chevreuil (Capreolus capreolus), peut causer des problèmes de gestion. Ainsi, dans la plupart des départements, l’objectif est d’éradiquer les individus en liberté : en effet, le Daim européen est classé au nombre des espèces gibier, et ses entités sont donc gérées selon les règles cynégétiques.

Non renseigné pour le moment

Répartition actuelle en France métropolitaine

Source : INPN

Les cartes de répartition nationales ne correspondent qu’à l’état actuel des connaissances et ne peuvent être considérées comme exhaustives.

Cervus albus Fitzinger, 1874 | Cervus dama Linnaeus, 1758 | Cervus leucaethiops (J.B. Fischer, 1829) | Cervus maura (J.B. Fischer, 1829) | Cervus mauricus (Cuvier, 1816) | Cervus niger Fitzinger, 1874 | Cervus platyceros (Cuvier, 1798) | Cervus plinii (Zimmermann, 1780) | Cervus varius Fitzinger, 1874 |

Observations mensuelles