Busard cendré

Circus pygargus (Linnaeus, 1758)

Classe : Aves Ordre : Accipitriformes Famille : Accipitridae Genre : Circus

  • 260
    observations

  • 111
    communes

  • 52
    observateurs

  • Première observation
    1995

  • Dernière observation
    2022

Avertissement : Les cartes et graphiques présentés ne correspondent qu'à l'état actuel des connaissances et ne peuvent être considérés comme exhaustifs. Le projet d'atlas dynamique est une retranscription en temps réel des contributions de chacun sur la base de données et toute nouvelle donnée est à ce titre intéressante, même pour les espèces les plus communes.

Abbéville-la-Rivière - Ablis - Amponville - Arville - Auffargis - Aufferville - Augers-en-Brie - Authon-la-Plaine - Auvers-Saint-Georges - Baby - Balloy - Banthelu - Bazoches-lès-Bray - Beaumont-du-Gâtinais - Beautheil-Saints - Blandy - Boinville-le-Gaillard - Bois-Herpin - Boissy-la-Rivière - Boissy-le-Châtel - Brières-les-Scellés - Brouy - Bullion - Burcy - Cernay-la-Ville - Chalautre-la-Grande - Chalou-Moulineux - Champmotteux - Changis-sur-Marne - Chars - Château-Landon - Châtenay-sur-Seine - Chenoise-Cucharmoy - Choisy-en-Brie - Cléry-en-Vexin - Courpalay - Doue - Égligny - Étréchy - Everly - Fontaine-Fourches - Fublaines - Garentreville - Gironville - Gouaix - Grandpuits-Bailly-Carrois - Gravon - Grisy-sur-Seine - Guercheville - Guernes - Guitrancourt - Ichy - Jaulnes - Jouarre - La Celle-les-Bordes - La Chapelle-Moutils - La Chapelle-Saint-Sulpice - La Haute-Maison - Larchant - La Tombe - La Trétoire - Le Bellay-en-Vexin - Le Perray-en-Yvelines - Lorrez-le-Bocage-Préaux - Luzancy - Magny-en-Vexin - Maisoncelles-en-Brie - Marolles-sur-Seine - Melz-sur-Seine - Mespuits - Misy-sur-Yonne - Moisson - Mondreville - Montereau-sur-le-Jard - Montigny-le-Guesdier - Montigny-sur-Loing - Moret-Loing-et-Orvanne - Morigny-Champigny - Mortery - Mouroux - Mousseaux-lès-Bray - Nangis - Nonville - Noyen-sur-Seine - Obsonville - Omerville - Ormoy-la-Rivière - Pantin - Provins - Prunay-sur-Essonne - Puiselet-le-Marais - Roinvilliers - Roissy-en-Brie - Saclay - Saint-Germain-sous-Doue - Saint-Martin-de-Bréthencourt - Saulx-les-Chartreux - Sceaux - Seraincourt - Sermaise - Soignolles-en-Brie - Sonchamp - Tancrou - Trocy-en-Multien - Us - Vayres-sur-Essonne - Villenauxe-la-Petite - Villenoy - Villuis - Vimpelles - Vulaines-lès-Provins

Bara Thierry - Baudoin Gérard - Bergemer Jean-denis - Bitsch Thomas - Bottinelli Julien - Branger Fabien - Bruno Honoré - Cantard Timothée - Courbois Aymeric - Crespo Jaime - Delecour Vincent - Ducos Jean-pierre - Durand Bruno - Esnault Sarah - Fernez Thierry - Flamant Nicolas - Fonteny Nancy - Grosso Eric - Guerard Anthony - Hervé Julien - Houeix Klaire - Hurtrel Théo - Inconnu Inconnu - Job Dominique - Kita Antoine - Lachere Yves - Lavialle Jeanne - Lebrun Bruno - Leterme Franck - Letourneau Christian - Loret Arnaud - Mahuzier Sylvain - Mainguy Gaell - Mari Alexandre - Marmet Nicolas - Miguet Pierre - Parisot Christophe - Parisot-laprun Marion - Pasquier Bernard - Patek Grégory - Piolain Julien - Plancke Sylvestre - Rivallin Pierre - Rotrou Emilie - Schwartz Julien - Segerer Benoit - Siblet Jean-philippe - Touratier Gilles - Van De Bor Vincent - Vérin Laura - Wroza Stanislas - Zucca Maxime

Informations sur l'espèce

Le Busard cendré, classé en danger critique d’extinction en Île-de-France, migrateur total, effectue une migration de plus de 5 000 km de son site de nidification à sa zone d’hivernage au sud du Sahara.
La Seine-et-Marne constitue le bastion de l’espèce en Île-de-France, accueillant plus de 80 % des effectifs nicheurs franciliens pour la période allant de 2011 à 2017.
L'année 2014 a été la meilleure en termes de couples nicheurs, avec près d'une vingtaine sur la région, dont 16 en Seine-et-Marne.
En nous basant sur ces chiffres, la population francilienne est estimée entre 30 et 40 couples, dont 25 en Seine-et-Marne (plus de la moitié de la superficie de ce département n'étant pas prospectée, seule 50% de la population nicheuse est pour le moment détectée).
La fluctuation du nombre de couples en fonction des années doit être rapprochée au taux de reproductivité des années précédentes, correspondant à N-2, les Busards cendrés se reproduisant à partir de leur 2e année en général. Par exemple, en 2012 avec seulement 7 couples trouvés, le taux de reproductivité est de 2,57 jeunes à l'envol avec 72,22 % avant moisson, ce qui laisse supposer que les couples non trouvés ont très certainement eu, eux aussi, une bonne reproduction. Par contre, en 2014 seulement 1,5 jeunes à l'envol par couples nicheurs dont 77,78 % avant moisson. 2014 sera aussi la dernière année où plus de 50 % des jeunes s'envolent avant moisson. En 2015 : 41,38 %, en 2016 : 18,18 % et en 2017 : 0 %, 100 % des jeunes s'envolent grâce aux -cages de survie-. En Seine-et-Marne, pour la période 2011-2017, les couples de Busards cendrés ont niché dans les blés à 70 % et dans les orges d’hiver à 30 % : seuls 2 couples, en 2011, ont choisi la même parcelle de ray-grass. Les « cages de survie » ont été posées dans les parcelles d’orge. Jusqu’en 2014, pour les blés les moissons étaient après le 14 juillet, ce qui permettait aux jeunes de s’envoler avant les moissons. Par la suite, de 2015 à 2017, nous avons constaté que les moissons de blé étaient également plus précoces, et il a fallu par conséquent protéger les nichées. En Essonne de 2012 à 2017, les rares couples de Busards cendrés se sont en revanche reproduits essentiellement dans les orges d’hiver et les envols ont eu lieu après moisson grâce à l’installation des protections. C’est ce qui a permis à l’espèce de regagner timidement le département. Dans le Val d’Oise, une seule reproduction, isolée, en 2012, avec 2 jeunes à l’envol, sans nécessité de protection, car moisson après le 14 juillet.
Les populations de Busards cendrés se maintiennent en Île-de-France, certains secteurs étant désertés tandis que d'autres semblent être colonisés ou recolonisés. Il est évident que si les actions de protection s'arrêtaient, les populations de Busards cendrés disparaîtraient définitivement de la région.(Informations sur l’espèce basées sur les données de nidification sur la période 2011-2017)

Pour en savoir plus sur cette espèce, la situation des espèces nicheuses de busards en Île-de-France et les efforts de prospection et de conservation menées, cliquez sur ce lien.

Évolution du nombre de couples recensés en Île-de-France
Évolution du nombre de couples moyens recensés en Île-de-France par grands secteurs
Variation du succès reproducteur
Merci à Bianca Di Lauro (Réseau Busards 91-78), Joël Savry (Pie Verte Bio 77) et Éric Grosso (VBS /LPO) pour la rédaction des textes et la relecture des graphiques. Et merci également à l'ensemble du réseau des protecteurs et des observateurs de Busards et notamment les membres des structures suivantes : Réseau Busards 91-78, Pie Verte Bio 77 et Groupe VBS/LPO.
GeoNat'îdF et Faune îdF + Réseau Busards 91-78 + Pie Verte Bio 77 + Groupe VBS /LPO + Aven du Grand-Voyeux

Les graphiques ci-dessus ne sont pas dynamiques, ils sont basés sur des analyses spécifiques aux enjeux de chaque espèce et s'appuient pour certaines espèces localisées et/ou patrimoniales sur des témoignages d'observateurs recueillis personnellement et sur la consultation de www.faune-iledefrance.org base de données collaborative gérée par la LPO Île-de-France. Nous remercions l'ensemble des observateurs faisant remonter des données ornithologiques sur la Région !

Non renseigné pour le moment

Répartition actuelle en France métropolitaine

Source : INPN

Les cartes de répartition nationales ne correspondent qu’à l’état actuel des connaissances et ne peuvent être considérées comme exhaustives.

Circus ater Vieillot, 1816 | Falco pygargus Linnaeus, 1758

Observations mensuelles